ils dorment

enfin, maintenant ils sont réveillés. Après de multiples péripéties non mais quelle idée de traverser la Ruhr en voiture un vendredi soir veille de long week end! et des sms multiples, ils sont réveillés et je les attends.

Je les attends en pensant à la dernière fois qu’on s’est vu (et mes papilles salivent encore du kir royal, du poulet selon Oli et des currywürste), mais aussi à la première fois. Et c’est plutôt clair, un truc du genre l’amitié à la première seconde.

On faisait partie du groupe de théâtre français à l’université. Un truc improbable, un projet franco-germano-britannique, des acteurs des trois nationalités jouant du beckett en anglais et en français. On a lutté pendant des mois, parce que je suis incapable de retenir un texte par coeur, et parce que quand je paraphrase, spas évident pour les locuteurs non natifs! Mais aussi parce que les metteurs en scène n’arrivaient pas à se mettre d’accord, parce qu’on voulait mettre des costumes de padawan et qu’ils nous préféraient en moine, etc.

Et puis un soir, la demoiselle m’a dit « mon copain vient me chercher en voiture, on part à Detmold, on te dépose? » C’était mon premier semestre, je balbutiais à peine, et mon accent faisait tellement mal aux oreilles qu’il était détecté dès que je prenais l’ascenseur et demandais à ce qu’on appuie sur le 3e étage (S3-242, c’était le repaire de Frank, à l’époque… maintenant il n’y a plus que Micha, ou plûtot Privat-Dozent und Nachrichtensprecher Zoz, là bas). Mais quand même, rentrer en voiture ça m’évitait le bus (21 ou 22, le 25 aussi mais ça faisait un détour énooorme) puis le tram, alors j’ai dit ok.

Et c’est comme ça que j’ai rencontré Nico. Et c’est comme ça que j’ai appris à parler l’allemand, parce que c’était ça ou ne pas réussir à communiquer avec ce colosse aux yeux doux.

aussi pour parler avec celle que j’avais baptisé madame Oli bien avant qu’ils ne se marient. Je crois bien que c’est la première fois qu’elle vient à Paris…

Je vous laisse, j’ai mon passé qui revient, et on va écrire un nouveau chapitre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *